Mécanismes de la parodie : L’Héritière de Jeanne-A-Débats

Parfois, les choses arrivent juste un peu trop tôt ou un peu trop tard. J'ai commencé L'Héritière alors que l'article de la semaine dernière était terminé, programmé... peut-être même déjà publié. Et pourtant, il aurait vraiment pu enrichir cette galerie de femmes ayant un pied dans l'au-delà. La scène d'ouverture de L'Héritière est d'ailleurs très... Lire la Suite →

S’autoriser à sortir des prescriptions littéraires : cinq livres « cocooning »

On a souvent tendance à sanctifier l'objet-livre, vecteur de culture contre un monde en ruine. Or cette acception symbolique, bien que pertinente, empêche d'envisager l'acte de lecture sous toutes ses formes. S'il peut être rassurant de faire du livre un rempart, on oublie souvent de bien définir les contours de l'ennemi. Je n'ai rien contre le livre-fenêtre sur le monde, le livre-mur contre l'ennui et toutes les briques esthétiques ou existentielles, mais je me méfie du livre comme barrage à la barbarie ou l'incurie de la pensée. Si la cruauté et la stupidité humaines pouvaient se corriger à coup de Descartes, Proust ou Pascal (sélection non contractuelle), cela se saurait. C'est juste que des cahiers imprimés et reliés ensemble ne portent pas, dans leur essence, le salut de l'humanité. Il manquerait à cela la donnée humaine, et la portée de l'acte de lecture.

Histoires de fantômes

A l'exposition Enfers et fantômes d'Asie, qui s'est terminée le 15 juillet dernier, j'ai découvert l'histoire d'Oïwa. Piégée par un mari ambitieux désirant épouser une autre femme, Oïwa est défigurée par un acide déposé dans la crème dont elle s'enduisait le visage. Rejetée par son mari du fait de son apparence, déshonorée, elle perd la... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer