Écrire le XIXème siècle [3/3]

Pour illustrer ce troisième article, je me suis trouvée face à un dilemme. La logique, l'honnêteté intellectuelle et le bon sens auraient voulu que je choisisse une date du début du siècle et que je vous bombarde de représentations Consulat ou premier Empire. Mais alors je n'aurais pas pu ouvrir cet article par une affiche représentant Cléo de Mérode considérée comme symbole populaire, et ça aurait été dommage. Je n'aurais pas pu non plus parler des bornes temporelles du XIXème. Parce qu'avec des images de 1789 ou de 1905, aurais-je réellement été hors sujet ?

Écrire le XIXème siècle (2/3)

Je n'ai découvert l'existence de la révolution de 1848 et de la Commune de 1870 qu'avant d'entrer en hypokhâgne. La France du XIXème siècle, de Francis Démier, était au programme des lectures d'été, et j'ai été fascinée tant par ce laboratoire démocratique à ciel ouvert que par ses espoirs rapidement piétinés. C'est peut-être à ce moment-là que cette époque m'a définitivement attrapée : c'était le siècle de tous les apprentissages. Alors pour faire honneur à cette première rencontre avec le XIXème, j'illustrerai ce deuxième article d'images datant de 1848. C'est déjà un autre monde qui s'ouvre devant nous. Je vous propose justement, pour cette troisième astuce, de profiter de ces paysages champêtres : partons en voyage, en coche, bateau à vapeur ou en train !

Écrire le XIXème siècle (1/3)

Je vous propose six astuces pour incarner davantage votre XIXe siècle, qu'il soit réaliste ou mâtiné de fantastique, résolument historique ou uchronique. L'idée n'est pas de tout lire, mais d'y picorer selon vos besoins de petits faits vrais qui renforceront l'illusion.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer